Les Suds en hiver 2020

Les Suds en hiver 2020

RUSAN FILIZTEK Trio

Du 1er au 8 mars, SUDS, à ARLES se pare de ses couleurs d’hiver et les déploie, avec le Conservatoire de Musique sur le Pays d’Arles. L’occasion de (re)-découvrir certains lieux remarquables du patrimoine local : Le majestueux Château de Tarascon, l’église pittoresque de Saint-Pierre de Mézoargues, le charmant Musée Estrine de Saint-Rémy-de-Provence, le cinéma centenaire de Fontvieille, Boulbon, Châteaurenard, Saint-Martin-de-Crau, Arles.

Le Château de Tarascon accueillera, le dimanche 1er mars, le chanteur et musicien émouvant Rusan Filiztek, représentant de la musique traditionnelle kurde.

Nous le retrouverons dans la majestueuse Salle des Festins du Château de Tarascon, en trio avec ses complices, le percussionniste kurde Neset Kutaz et le multi-instrumentiste breton Sylvain Barou - ici au duduk, hautbois arménien.

Rusan Filiztek s’inspire des chants et mélodies d’Anatolie et de Mésopotamie pour faire dialoguer les musiques et les époques. Ce virtuose est l’un des plus jeunes et éminents représentants de la musique traditionnelle kurde. Lauréat du Prix des Musiques d’Ici 2019, il est aussi l’une des révélations 2019 des Soirées Suds au Théâtre Antique !

En première partie de Bobby McFerrin, le barde kurde joueur de tembur (luth saz à cordes métalliques), avait littéralement envoûté l’audience de sa voix veloutée et intense. Les festivaliers l’avaient également déjà entendu en 2017 avec Jordi Savall, au Musée départemental Arles antique pour la première d’Orpheus XXI, musique pour la vie et la dignité

"Une housse noire accompagne Rusan Filiztek dans le moindre de ses déplacements. Accrochée à son dos, elle laisse deviner la présence d’un instrument oblong. "C’est un tembur ! Le luth du Moyen-Orient, joué aussi bien par les Turcs que les Syriens, les Irakiens ou les Grecs. Il ne me quitte jamais". Sur les scènes de France qu’il sillonne depuis quatre ans, cet instrument chante un souvenir d’enfance, celui des premières leçons données par son père musicien quand il avait six ans. Une époque décisive qui conduira Rusan à intégrer le conservatoire national de Sakarya et l’Université de Marmara en Turquie. À l'ombre de l'enseignement officiel, il approfondie ses connaissances de la musique et du chant kurde, turc, grec, arménien et araméen par de nombreux voyages à travers le Kurdistan musical. Ce sera le sud-est de la Turquie, la Syrie, l’Irak et l’Iran mais aussi l’Arménie, la Géorgie ou encore la Sibérie. Cette passion pour l’ethnomusicologie, comme pour le tembur paternel, ne l’a jamais quitté : le musicien rédige actuellement un mémoire à la Sorbonne sur les pratiques musicales des Assyro-chaldéens en banlieue parisienne, auprès du spécialiste de la musique anatolienne, Jérome Cler, et se rêve à enseigner cette matière à l’université. Sur la scène d’un amphithéâtre ou d’un festival, le même credo accompagne Rusan Filiztek : tout connaître de la musique kurde, pour mieux la transmettre en héritage et qu'elle ne disparaisse pas. Le jeune homme pose un doigt sur le front : "Ce que l’on conserve là est en sécurité. Personne ne peut le voler, ni le brûler, ni le détruire"." Max Dozolme – France Musique

Infos pratiques

Le concert aura lieu le diamanche 1er mars 2020 à 15h, dans le cadre du festival Les Suds en hiver - Scène SACEM.
Entrée libre, sur réservation (jauge limitée) au 04 90 91 01 93, du mardi au dimanche de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h.
Dans la limite des places disponibles. 

Découvrez la programmation du festival Les Suds en hiver
DISCOGRAPHIE : Zer-Av, Mezzo Flamenco, à paraître en 2020.